La résistance à l'insuline est une altération de l'outillage du glucose

La résistance à l'insuline, également appelée altération de la tolérance au glucose, est une condition dans laquelle votre corps ne répond pas à l'insuline comme il se doit. Il peut évoluer vers un prédiabète ou un syndrome métabolique. Si elles ne sont pas traitées, les complications à long terme comprennent le diabète de type 2, les maladies cardiaques et les maladies vasculaires.

La résistance à l'insuline est souvent associée à un surpoids, à des niveaux élevés de lipides triglycérides et à une pression artérielle élevée.

Symptômes

Généralement, la résistance à l'insuline se développe lentement et ne provoque pas de symptômes évidents. Cela peut vous faire sentir fatigué et pauvre en énergie, mais comme la plupart des gens attribuent leur fatigue à d'autres facteurs (par exemple, le manque de sommeil), la résistance à l'insuline peut passer inaperçue pendant des années.

Le prédiabète et le syndrome métabolique peuvent produire plusieurs signes et symptômes en raison des effets d'une glycémie chronique élevée sur le corps. Il n'y a pas nécessairement de coupure stricte entre la résistance à l'insuline et le prédiabète, et de nombreux effets physiques et complications à long terme se chevauchent.

Les signes et symptômes du syndrome métabolique et du prédiabète comprennent:

  • Urination fréquente
  • Soif excessive
  • Taches sombres et sèches de la peau sur l'aine, les aisselles ou la nuque, appelées acanthosis nigricans
  • Gain de poids
  • Niveaux élevés de triglycérides et faible HDL (bon cholestérol)
  • Hypertension artérielle
  • Maladie cardiaque

Vous pouvez présenter certains de ces symptômes si vous avez une résistance à l'insuline, mais il est plus probable que vous ne ressentiez aucun effet notable. Néanmoins, ce sont des signes avant-coureurs importants que vous pourriez être à risque de diabète, vous devez donc être sûr d'en discuter avec votre équipe médicale s'ils surviennent.

Les causes

La résistance à l'insuline est associée à un certain nombre de facteurs de risque, mais la cause exacte n'est pas complètement claire. L'incidence est plus élevée chez les personnes d'ascendance afro-américaine, amérindienne, latino-américaine et asiatique.

On pense qu'une prédisposition héréditaire, un âge avancé, un excès de poids, une hypertension et un manque d'activité physique régulière contribuent à la résistance à l'insuline. D'autres facteurs associés incluent des niveaux élevés de cholestérol, des maladies cardiovasculaires, des ovaires polykystiques (SOPK) et des antécédents de diabète gestationnel.

La relation entre la résistance à l'insuline et ses facteurs de risque est compliquée car ils peuvent exacerber et être exacerbés les uns par les autres.

Insuline et glycémie

L'insuline est une hormone libérée par le pancréas quelques minutes après avoir mangé. Normalement, cette hormone aide notre corps à stocker le glucose, le sucre utilisé pour l'énergie. L'insuline agit en activant une protéine, le GLUT4, pour se lier au glucose, ce qui permet au sucre de pénétrer dans le foie, les muscles et les cellules adipeuses. La

Si vous avez une résistance à l'insuline, votre pancréas libérera suffisamment d'insuline, mais votre corps ne répondra pas adéquatement à l'hormone. Par conséquent, vous pouvez avoir moins d'énergie et votre glycémie peut augmenter.

Souvent, avec la résistance à l'insuline, le pancréas commence à libérer de plus grandes quantités d'insuline pour stabiliser la glycémie. Au fil du temps, cela se traduit par hyperinsulinémie, qui contient trop d'insuline dans le sang. L'hyperinsulinémie n'abaisse pas efficacement le glucose; au lieu de cela, il est plus difficile pour le corps de utilisation énergie stockée.

Diagnostic

La résistance à l'insuline est un diagnostic clinique qui repose sur vos antécédents médicaux, votre état de santé général, votre examen physique et vos facteurs de risque. Il n'y a pas de test de diagnostic qui puisse le vérifier ou l'exclure.

Plusieurs tests de diagnostic peuvent être utiles si vous avez des facteurs de risque de résistance à l'insuline, notamment:

  • Test de glycémie à jeun: Une glycémie à jeun comprise entre 100 mg / dl et 125 mg / dl est typique de la résistance à l'insuline. Si votre glycémie à jeun atteint 100 mg / dl, vous serez diagnostiqué avec un prédiabète, et s'il atteint 126, cela signifie que vous souffrez de diabète. Un test de glycémie à jeun est systématique lors de votre examen physique annuel et peut être effectué à d'autres moments si vous présentez des symptômes ou des facteurs de risque de diabète.
  • Test de tolérance au glucose par voie orale: Cette évaluation nécessite que vous vous absteniez de manger et de boire pendant 12 heures avant le test. Vous ferez contrôler votre glycémie, buverez un liquide sucré et vous ferez à nouveau tester votre glycémie après quelques heures. En général, une glycémie supérieure à 140 mg / dl après trois heures suggère un pré-diabète ou un diabète. Il peut y avoir une corrélation entre des niveaux élevés de glucose dans le sang lors d'un test de tolérance au glucose par voie orale et la résistance à l'insuline.
  • Test d'hémoglobine A1C: Ce test mesure votre taux de glucose moyen au cours des deux à trois mois précédents. Un niveau normal se situe entre 4% et 5,6%; un niveau entre 5,7 pour cent et 6,4 pour cent est compatible avec le prédiabète, et un niveau de 6,5 pour cent ou plus est typique du diabète. Ici aussi, il n'y a pas de plage diagnostique de la résistance à l'insuline, mais un niveau élevé – compte tenu des facteurs de risque et des symptômes – suggère le diagnostic.

Les analyses de sang qui mesurent votre taux de glucose peuvent ajouter au tableau clinique global, mais elles ne peuvent pas être utilisées pour confirmer ou exclure le diagnostic. De plus, il est possible que ces niveaux soient normaux avec une résistance à l'insuline.

Le test des niveaux d'insuline n'est pas un moyen standardisé ou validé de savoir si vous avez une résistance à l'insuline ou non, bien que cela fasse partie des méthodes utilisées dans les études de recherche.

Traitement

La résistance à l'insuline et le prédiabète sont tous deux très prédictifs du diabète. Si vous avez été diagnostiqué avec une résistance à l'insuline, vous pouvez prendre des mesures pour empêcher votre état de s'aggraver.

Mode de vie

Les principaux changements de style de vie qui sont recommandés pour de nombreuses conditions, ainsi que la santé et le bien-être en général, s'appliquent également ici:

  • Perte de poids: Le maintien d'un poids santé est l'un des moyens de réduire les effets et la progression de la résistance à l'insuline. La perte de poids peut être plus difficile si vous avez une résistance à l'insuline, car la condition peut augmenter votre propension à prendre du poids, mais vos efforts en valent la peine.
  • Exercice: L'exercice régulier aide le métabolisme du corps, ce qui peut empêcher les altérations métaboliques telles que la résistance à l'insuline.
  • Régime: La plupart des experts recommandent le régime méditerranéen ou le régime DASH comme bonnes approches pour gérer la résistance à l'insuline. Les deux régimes mettent l'accent sur les graisses saines, les fruits, les légumes, les noix, les grains entiers et la viande maigre.

Des médicaments

Si vous avez une résistance à l'insuline, vous devrez peut-être un traitement médical pour votre hypertension, une maladie cardiaque ou un taux de cholestérol élevé, plutôt qu'un traitement qui traite votre taux d'insuline et de glycémie.

Les médicaments utilisés pour le traitement du diabète de type 2 ont été prescrits pour la résistance à l'insuline, bien que les preuves concernant leur efficacité dans le contrôle du trouble soient rares.

La metformine rend le corps plus sensible à l'insuline et est utilisée pour le traitement du diabète et souvent pour des conditions prédiabétiques telles que la résistance à l'insuline.

Les thiazolidinediones (également appelées glitazones), y compris Avandia (rosiglitazone) et Actos (pioglitazone), sont des médicaments qui améliorent la réponse de l'organisme à l'insuline et sont prescrits pour le diabète de type 2. Ils sont parfois utilisés pour la gestion de la résistance à l'insuline même sans diagnostic du diabète.

N'oubliez pas que tous les médicaments ont des effets secondaires. Pour cette raison, un diagnostic de résistance à l'insuline ne signifie pas nécessairement que vous devez prendre des médicaments sur ordonnance. Vous et votre médecin devrez évaluer les avantages et les inconvénients de cette option de traitement.

Thérapies naturelles

Parce que l'alimentation est si étroitement associée à l'insuline et au glucose, de nombreuses herbes et suppléments ont été considérés comme des modificateurs possibles de la résistance à l'insuline.

Cependant, rien ne prouve que les suppléments puissent contrôler, inverser ou empêcher la progression de la résistance à l'insuline.

Un mot de Verywell

La résistance à l'insuline devient de plus en plus courante chez les adultes de tous âges. Il est considéré comme un signe très précoce que vous pourriez être à risque de diabète, ce qui ouvre la voie à un certain nombre de complications graves pour la santé.

Si vous avez une résistance à l'insuline, prenez comme un message de votre corps qu'il est temps de prendre des mesures pour améliorer votre santé. Le traitement précoce de cette condition peut vous aider à vous protéger de ses risques.

Rate article
Laisser un commentaire