5 questions à se poser avant de quitter votre emploi pour votre enfant autiste

Lorsque votre enfant reçoit un diagnostic d'autisme, généralement entre 2 et 2 ans, la vie semble se surmener. Il y a des rendez-vous chez le médecin à organiser, des thérapeutes à visiter, des aides à domicile à gérer. Il y a des livres et des sites Web à lire, des informations à consulter et, peut-être plus important encore, votre temps passé à la maison avec votre enfant devient soudainement du temps de «thérapie». Au lieu de vous détendre devant une vidéo ou de traîner dans la cour, vous travaillez avec votre enfant pour développer des compétences en communication, des compétences sociales et des compétences de jeu.

Il n'est pas facile d'assumer un tout nouveau monde de responsabilités tout en offrant à votre employeur toute votre attention à plein temps. Certains parents se demandent si la meilleure option est simplement de cesser de travailler à temps plein afin de se concentrer sur les besoins d'un enfant autiste.

Des situations différentes nécessitent des solutions différentes

Quels que soient vos sentiments personnels ou votre niveau de stress, vos options sont limitées par vos ressources et votre budget. Quel que soit le choix que vous fassiez, il est important de savoir que les enfants autistes sont imprévisibles: des thérapies très coûteuses et beaucoup de temps pour les parents peuvent avoir d'excellents résultats, mais ces résultats ne sont pas garantis. De même, certains enfants autistes prospèrent dans les écoles publiques avec des programmes et des thérapeutes financés par les fonds publics.

Parents célibataires

Si vous êtes un parent seul, il y a de fortes chances que vous n'ayez pas d'autre choix que de prendre les services qui vous sont offerts par le biais de votre district scolaire ou de votre agence locale, et de faire de votre mieux pour fournir davantage lorsque vous rentrez du travail. Et, la plupart du temps, votre enfant ira bien. Bien que le programme scolaire, d'intervention précoce ou de comté ne soit pas la "Cadillac" des thérapies, il est susceptible d'inclure plusieurs types de thérapies différentes, proposées par du personnel qualifié, et votre temps consacré à votre retour à la maison aidera à combler les lacunes.

Des couples

Pour les parents couplés, les choix sont plus délicats. Dans de nombreux cas, en supposant que vous êtes prêt à faire des sacrifices, il est possible qu'un parent quitte son emploi pour s'occuper d'un enfant autiste, ce qui signifie qu'une décision doit être prise. Dans certains cas, la décision est facile: le plus haut salarié reste dans son emploi. Mais que se passe-t-il si le soutien économique le plus élevé est également le parent le plus désireux de gérer les services et de travailler avec son enfant à la maison?

Si vous êtes un homme, il est probable que vous ressentiez un peu moins de pression pour quitter votre emploi afin d'être disponible pour votre enfant autiste. En général, la société ne s'attend pas à ce que les hommes fassent un tel choix. Cela ne signifie cependant pas que l'idée ne vous vient pas à l'esprit. Dans certains cas, en particulier lorsque maman gagne plus ou a un emploi rémunéré, devenir papa autiste à plein temps peut être une option réaliste et raisonnable.

Si vous êtes une femme (et que vous faites partie d'un couple), il y a de fortes chances que vous ressentiez une poussée plus forte pour devenir une maman à temps plein ayant des besoins spéciaux. Après tout, beaucoup de mamans quittent leur emploi pour être disponibles pour leurs enfants typiques, et votre enfant a besoin de bien plus qu'un jeune typique.

Conseils pour décider de rester à la maison ou non

La décision de devenir un parent autiste au foyer est très personnelle. Même si vous avez l'argent et les ressources pour dire «oui», vous pouvez avoir d'excellentes raisons de dire «non». Pour prendre votre propre décision, réfléchissez à vos réponses à ces questions.

Pouvez-vous vraiment vous le permettre? Si vous quittez votre emploi demain, le salaire de votre partenaire paierait-il pour la vie que vous menez? Sinon, existe-t-il des alternatives viables et confortables qui vous conviendraient bien (partage d'espace, réduction des dépenses, etc.)? Si la réponse est non, ne le faites pas: votre enfant ne sera pas bien servi par un parent qui s'inquiète constamment de joindre les deux bouts ou qui n'aime pas les sacrifices "requis" par la situation particulière de leur enfant.

  • Votre enfant a-t-il vraiment besoin de votre attention à plein temps? Certains enfants autistes sont capables de fonctionner assez bien dans des contextes typiques et ont besoin de relativement peu de thérapie en dehors du cadre scolaire, tandis que d'autres ont des comportements et des besoins plus difficiles. Dans certains cas, un congé peut vous permettre de mettre en place la bonne situation pour votre enfant et vous pouvez retourner au travail en sentant que votre enfant est entre de bonnes mains.
  • Quelle est la qualité des services en milieu scolaire et fournis par le gouvernement dans votre région? Si vous vivez dans une région métropolitaine ou dans certaines parties spécifiques du pays et du monde, votre enfant aura automatiquement accès à l'ABA, à l'ergothérapie, à la physiothérapie, à l'orthophonie, à l'orthophonie, et / ou à un accompagnement sans vous, parent, passer beaucoup de temps à le mettre en place ou à le réaliser. Dans d'autres domaines, c'est à vous de défendre, de payer et / ou de proposer des thérapies. Avant de prendre une décision, prenez le temps de déterminer si votre emplacement particulier est bon pour un enfant autiste. Si ce n'est pas le cas, est-il préférable de quitter votre emploi, de déménager ou de rechercher des programmes privés et des thérapies qui correspondent mieux à votre enfant?
  • Que pensez-vous d'être le compagnon à plein temps de votre enfant? C'est agréable de penser que tous les parents sont prêts, désireux et capables de passer la journée avec un enfant autiste, mais la vérité est que c'est un concert difficile. Bien sûr, la plupart des parents sont capables de dispenser quelques heures de thérapie à domicile, mais 12 ou 18 heures par jour, c'est beaucoup de temps. Si vous trouvez la pensée intimidante plutôt qu'énergisante, vous et votre enfant pourriez être mieux servis en profitant de services professionnels. Et si vous travaillez, vous pouvez les payer.
  • Que pensez-vous de quitter votre emploi? Certaines personnes aiment activement leur carrière et leurs collègues de bureau tandis que d'autres envisagent activement un changement d'emploi. Si vous êtes vraiment heureux au travail, partir au profit de votre enfant peut entraîner du ressentiment et de la frustration de votre part, ce qui se traduit par des expériences négatives pour votre enfant. Alternativement, cela peut être la raison pour laquelle vous deviez dire au revoir à un travail que vous n'aimez pas!

Merci pour vos commentaires!

Rate article
Laisser un commentaire